Séance 3 Séminaire Hésiode

Séance 3. Mardi 8 février 2022. Retour critique sur le concept de nature avec Claude CALAME et Fabrice FLIPO

Maison de la Recherche Germaine Tillion, Amphithéâtre Germaine Tillion.

14h00-17h00.

De Gaia à la phusis : pour une critique anthropologique des relations techniques de l’homme avec la « nature » 

Claude Calame, anthropologue, spécialiste de la Grèce ancienne, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, membre du Centre AnHiMA (Anthropologie et histoire des mondes anciens, UMR 8210).

Résumé. Dans la perspective d’une anthropologie historique et critique qui, à partir d’une autre culture, permet de revenir de manière décentrée sur le paradigme contemporain, il s’agira de revenir sur les relations des humains avec un environnement désormais objectivé en « nature ». Marqué par l’idéologie économique du marché ce paradigme dominé par le néolibéralisme a pour conséquences d’une part l’exploitation par l’homme d’un environnement réduit à des ressources dites « naturelles », et d’un travail technique réduit à des « ressources humaines » ; d’autre part l’établissement de relations de domination néocoloniale sur les pays pauvres pays détenteurs de ces ressources (énergétiques, minières, humaines). La confrontation critique avec les conceptions grecques de la phusis passera en particulier par une critique, dans le cadre de la crise écologique que nous avons provoquée à notre bénéfice matériel, du concept divinisé de Gaia, mal revu en particulier par Bruno Latour. 

De la nature, une approche conceptuelle. Tentatives de définition

Fabrice Flipo, Professeur de philosophie, épistémologie et histoire des sciences et techniques à l’Institut Mines-Télécom, membre du Laboratoire du Changement Social et Politique (Université Paris Diderot Paris 7).

Résumé. Alors que Bruno Latour proclame depuis la fin des années 1990 une “fin de la nature” s’inscrivant parfaitement dans le projet moderne, nous montrerons en quoi cette thèse manque peut-être de travailler suffisamment le concept qu’elle récuse. Quatre sens du concept de nature peuvent en effet être dégagés, dont rien n’indique qu’il soit possible de s’en passer. Ils s’opposent respectivement au religieux, à la culture, à l’artifice et à ce qui menace un certain ordre de la biosphère. Pour élargir la focale à des lieux ou époques distinctes de la modernité, nous soulignerons également le rôle anthropologiquement constitutif des techniques dans la production de connaissances, et, à la suite de Whitehead, en quoi une vérité de la nature est de type cosmologique, à toutes les époques, et peut aisément, sous certains aspects, se confondre avec une forme ou une autre de religieux.

Cette séance pourra être suivie à distance via Teams par le lien suivant :https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3a8f52c0aa12124ce6a6e7e754647705c0%40thread.tacv2/1639397950745?context=%7b%22Tid%22%3a%22ccbd4ee6-c847-429d-b947-a5cfdd04c963%22%2c%22Oid%22%3a%22ce815701-56c0-4948-835a-26942f9d6889%22%7d

Séminaire 3

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amarande Laffon (23 janvier 2022). Séance 3 Séminaire Hésiode. HÉSIODE. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pikk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search