L’hybridité humano-végétale en Méditerranée antique. Images, contextes et transferts culturels

Ce compte-rendu est l’oeuvre de Matéo Dolbeau, Lucie Gouyon De Bona, Karl Pinon et Luc Yvart, étudiants en Master PRH de l’université d’Angers dans le cadre de leur formation à la recherche. Lucie et Karl font partie de l’équipe du projet PHILIA.

Les mardi 09 mai et mercredi 10 mai 2023 se tenait un symposium intitulé : “Hybridité humano-végétale en Méditerranée antique. Images, contextes et transfert culturels” (https://www.efrome.it/la-recherche/agenda-et-manifestations/evenement/hybridite-humano-vegetale-en-mediterranee-antique). Ces deux journées de colloque se tenaient respectivement à l’Academia Belgica et à l’Ecole Française de Rome. Celles-ci étaient organisées par deux post doctorants. A savoir Stéphanie Derwael (Docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie de l’Université de Liège et de Paris Sorbonne) ainsi que Christian Mazt (Docteur en histoire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et de l’Université Paris Sciences et Lettres. Ce colloque international appelle à une publication postérieure aux prestigieuses éditions Peeters au sein de la collection Studia Academiae Belgicae

Ce colloque tend à présenter la thématique de l’hybridité depuis l’apparition du motif vers la fin du Ve et le début du IVe siècle avant notre ère jusqu’à l’époque moderne, prenant en compte  une large aire géographique (Egypte, Chypre, Crète, Grèce, Asie Mineure, Pont-Euxin, Grande Grèce et Etrurie). Culturellement, ce colloque  considère la diffusion de ces motifs qui auraient eu pour origine le Pont-Euxin ou l’Asie Mineure, ce qui permet de réévaluer les voies de circulations qui étaient, contrairement aux idées reçues, plus diverses qu’on ne le pensait, en témoigne l’absence de considération pour les échanges avec les Celtes.

La bibliographie sur ce thème connaît aujourd’hui important, à la suite des travaux fondateurs de Gilles Sauron et Anne-Marie Guimier-Sorbets.

Stéphanie Derwael rappelle l’importance de l’analyse critique de l’hybridité végétale focalisant l’étude sur un “dézoome” nécessaire  dans les rapports entre les sources textuelles et iconographiques. Cela est possible par un retour critique sur les sources iconographiques afin d’en dégager des éléments d’interprétation.  Ce colloque souligne l’importance de la reconsidération des oeuvres dans leur contexte respectif. Par une analyse sérielle il est possible de mettre en évidence les similitudes, différences et typologies permettant une compréhension accrue des images et leur sens. Ainsi se dresse la culture visuelle des sociétés antiques en rapport avec des questionnements liés à l’histoire environnementale notamment d’un point de vue anthropologique. Enfin, Stéphanie Dewael présente la base de données Diphuès (http://web.philo.ulg.ac.be/shaaragr/diphues-iconotheque-de-lhybride-humano-vegetal/) (mise en ligne début 2023). L’approche sérielle permet une confrontation raisonnée des différentes sources afin d’en dégager les rapports des sociétés antiques au végétal et au divin.

Le concept d’hybridité révèle  la façon dont il est possible d’appréhender un groupe socio-culturel au prisme du divin, de l’altérité et de la nature. Il s’affiche également comme un révélateur des inquiétudes à l’aune de notre période, en témoigne par exemple l’angoisse contemporaine concernant l’homme machine. Il est enfin étudié dans une perspective évolutive, postulant de fait que ce phénomène ne peut être fermé sur lui même. 

Le concept d’hybridité révèle le rapport au monde, au divin, à l’altérité, à la nature la façon dont il est possible d’appréhender un groupe socio-culturel. Ce concept s’affiche comme un révélateur des inquiétudes à l’aune de notre période, en témoigne l’angoisse contemporaine concernant l’homme-machine (inquiétude société techno-centrée), les personnages d’Avatar, etc.

On parle d’hybridité évolutive, le phénomène n’est pas fermé sur lui-même. Par exemple, dans son intervention sur les figures féminines végétalisées dans la nécropole d’Anfouchi (Alexandrie),  Anne-Marie Guimier-Sorbets s’intéresse au plafond de la tombe II , dans laquelle se trouve un baldaquin de style grec et égyptien. La spécialiste identifie les quatre figures féminines végétalisées comme des cariatides, à la frontière entre le monde des vivants et des morts, qui témoignent  de l’univers mental et de la conception de la nature des Alexandrins. 



Citer ce billet
Laure Pillot (2023, 6 novembre). L’hybridité humano-végétale en Méditerranée antique. Images, contextes et transferts culturels. HÉSIODE. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pila

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search